Des chercheurs belges ont réalisé d’importantes avancées vers la création d’un ovaire artificiel transplantable qui pourrait servir à traiter les femmes atteintes d’infertilité.

L’équipe de l’Université catholique de Louvain à Bruxelles a créé une matrice protéique dont la structure et la rigidité ressemblent fortement à celles du tissu ovarien naturel. Quatre formulations de fibrine différentes (F12,5/T1, F30/T50, F50/T50 et F75/T75) ont été comparées à du cortex ovarien humain frais issu de trois femmes atteintes d’infertilité liée à l’âge.

L’épaisseur, la rigidité et la porosité des fibres de la formulation F50/T50 se sont le plus rapprochées de celles du tissu natif. Les auteurs ont indiqué que cette matière optimise la composition du support de fibrine pour l’encapsulation et la transplantation des follicules humains. Cette matière pourrait s’avérer adéquate pour servir de base à un ovaire artificiel transplantable.

Commentant les résultats publiés dans la revue Journal of Assisted Reproduction and Genetics, le coauteur Maria Costanza Chiti a expliqué : « L’idéal est que ces matrices reproduisent la structure et les propriétés physiques de l’ovaire humain de sorte à soutenir parfaitement la croissance des follicules dans lesquels l’ovocyte réside.

« Ces combinaisons pourraient permettre de reproduire plus fidèlement l’environnement physiologique des follicules humains, ce qui en ferait de bons candidats pour le prototype d’ovaire artificiel », a indiqué Mme Chiti. « Ces résultats sont essentiels pour nous aider à standardiser l’architecture des matrices de fibrine. »

Référence :

Chiti MC, Dolmans MM, Mortiaux L, Zhuge F, Ouni E, Shahri PAK, Van Ruymbeke E, Champagne SD, Donnez J, Amorim CA. A novel fibrin-based artificial ovary prototype resembling human ovarian tissue in terms of architecture and rigidity. J Assist Reprod Genet. 2017 Dec 13. doi: 10.1007/s10815-017-1091-3. PMID: 29236205. [Epub ahead of print]

© 2016 Univadis International, Inc. All rights reserved.